Le détective : Emission de Julien Courbet sur TF1 avec Eliot Batit détective privé

(Récup. article du 26 12 2007)

COMMENTAIRES DU CNSP-ARP – CHAMBRE PROFESSIONNELLE DES DETECTIVES FRANCAIS
L’annonce du 21 Mai 2007 parue dans les Forums du CNSP-ARP laissait entrevoir ce que pourrait être une nouvelle émission sur les détectives enquêteurs privés.

Le visionnage de la bande-annonce de cette nouvelle émission qui consacrera 52 minutes au travail du détective-enquêteur privé ne nous laisse pas de marbre : Quel casting !!

Un jeune premier, beau ténébreux au look accrocheur, dynamique, barbe artistiquement rasée, habillé par un grand couturier, se déplaçant dans un 4-4 de couleur noire, portant des lunettes noires et constamment pendu à son portable, et qui plus est accompagné par une jolie fille, c’est digne d’un bon film d’espionnage ou d’un polar classique.
C’est aussi tout le contraire d’un vrai détective-enquêteur privé qui se veut discret.
Mais qu’importe, les sociétés de productions et TF1 ne sont pas là pour faire de la soupe au lait, mais bel et bien pour faire de l’audimat et par n’importe quels moyens.Cela transparaît dans la bande-annonce.
Il est regretable de constater que la Chambre Professionnelle des Détectives n’ait pas été consultée non seulement d’un point de vue technique sur le travail réel du détective mais aussi sur la législation qui entoure l’activité de la recherche privée.
Si une emission comme celle-ci peut apporter une bonne information aux yeux du public sur l’activité de l’enquête privée, c’est à la seule condition que les enquêtes présentées soient réelles et qu’il ne soit fait usage d’aucuns moyens illégaux au cours des enquêtes.
Il n’est pas inutile de rappeler quelques éléments de la loi relative à l’activité de la recherche privée :
– Toute personne exerçant cette activité doit détenir un agrément ou une autorisation d’exercer délivrée sous certaines conditions de moralité et d’aptitude professionnelle.
– “Est puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 Euros d’amende, le fait de sous-traiter l’exercice de l’activité mentionnée à l’article 20 à une entreprise dépourvue de l’autorisation prévue à l’article 25 et le fait de commettre l’un des agissements mentionnés à l’article 29”.
Il résulte de l’article ci-dessus que toute personne qui fait appel à un détective privé doit vérifier que ce professionnel détient l’agrément ou les autorisations nécessaires.
En ce qui concerne le contenu de l’émission : Selon nos sources et malgré les propos cités dans “l’interview” recueillies par Jean-Marie Dumas, tout nous donne à penser que l’émission risque encore une fois de donner une image erronée du détective et de ses missions, et provoquer encore une fois la confusion dans l’esprit d’un public qui ne demande qu’à croire aux miracles.
En effet, il serait irréaliste de persuader les spectateurs qu’une personne disparue peut être retrouvée sans grande difficulté après plusieurs années d’absence, et l’expérience démontre qu’il est toujours difficile d’obtenir l’accord des témoins pour se faire filmer et laisser apparaître leurs visages, même “floutés”.
Les disparitions ont diverses causes, qu’elles soient volontaires ou inquiétantes et peuvent parfois subvenir après des drames familiaux. Mais le “droit à disparaître” existe ! et toute personne majeure peut refuser de communiquer ses nouvelles coordonnées à ses proches ou à son entourage.
Le professionnel qui retrouve cette personne disparue est alors tenu de respecter ce choix.
Aurons-nous une fois de plus, une mise en scène et une caricature du travail que peut réellement effectuer un détective privé régulièrement déclaré auprès des autorités légales et disposant de toute la compétence nécessaire pour exercer son art ?
Nous mettons en garde les spectateurs sur le fait que le recours à un détective privé professionnel a un coût, que celui-ci doit respecter certaines règles déontologiques, la confidentialité des informations recueillies et des moyens d’enquêtes, ainsi que le choix de toute personne de divulguer ou non son image et son adresse.
Le détective a également un devoir de conseil envers les personnes qui le mandatent légalement.
Tout ceci devait être dit sous la forme de mise en garde : La fiction dépasse très souvent la réalité !
Marie-Françoise HOLLINGER
Présidente du CNSP-ARP
Chambre Professionnelle des Détectives
Tél. : 05 58 75 05 18
Fax : 05 58 45 05 28
Mobile : 06 16 12 05 26
E-mail : hollinger@cnsp.org
http://www.cnsp.org
L’EMISSION LE DETECTIVE : OBJET ET EXPLICATIONS (Source • coulisses-tv)
Mercredi 9 janvier à 20h50 sur TF1, Julien Courbet lancera un nouveau magazine d’investigation : « Le détective ».
Un programme choc, émouvant et passionnant qui vous fera suivre Eliot, un authentique détective privé à la recherche d’un homme qui, du jour au lendemain, a disparu, plongeant sa famille dans une détresse sentimentale traumatisante…
Chaque année, en France, plus de 10 500 personnes majeures disparaissent involontairement ou non sans laisser de traces. Des disparitions inexpliquées qui laissent des familles traumatisées et en attente de réponses… 2 000 majeurs par an ne sont jamais retrouvés. Patrick en fait partie…
Le 12 décembre 1998, Patrick disparaît brutalement. Son ex-femme, Chantal, ses trois filles, sa mère et son employeur se retrouvent sans aucune nouvelle de lui.
Que s’est-il passé ? Où est-il ? Patrick est-il toujours vivant ?
Des rumeurs très dures pour ses proches se sont propagées lors des premiers mois de sa disparition.
A l’époque, des fréquentations plus que douteuses lui était prêtées et le pire a été envisagé par sa famille. Depuis dix ans, Chantal et sa fille Angélique ont tout essayé pour le retrouver, mais en vain. Angélique, âgée de six ans l’année de la disparition de son père, est restée traumatisée.
Elle l’attend et n’a de cesse d’écrire des messages d’amour pour son père.
Au total, ce sont des centaines de lettres manuscrites que la jeune fille conserve précieusement dans un classeur dans l’espoir de pouvoir lui remettre en mains propres.
Elle n’arrive pa à se construire, hantée par toutes les questions qui la ronge de plus en plus chaque jour.
Qu’est-il arrivé à son père ? S’il est toujours en vie, pourquoi n’a-t-il jamais donné de nouvelles ? A-t-il refait sa vie ? Est-il encore en France ? Qu’a-t-il voulu fuir ?
Aujourd’hui, Eliot Batit, un détective privé est leur dernière chance. Enquêtes, investigations, recherches de personnes disparues, filatures, le détective de l’émission mettra tout en œuvre pour retrouver la trace de Patrick.
Tout au long de cette véritable enquête, il devra entrecouper les pistes, vérifier les informations, et surtout lire entre les lignes.
L’enquête débute à Marseille et comme toujours, le premier jour, c’est un saut dans l’inconnu. Que se cache-t-il derrière le dossier d’un père qui disparaît et d’une famille brisée ? Sûrement des lourds secrets qu’il faudra mettre à jour.
Eliot et Sophie ont rendez-vous avec Chantal et Angélique, une rencontre primordiale, point de départ de l’enquête…
Source • coulisses-tv
Julien Courbet présente cette nouvelle émission dans une interview :
Quel est le concept du « Détective »?
Julien Courbet : « Le Détective » est un programme d’ « info-divertissement » à la fois utile, attractif et réaliste, soutenu par une réalisation sur le mode de la fiction ou du film, pour en augmenter le suspense. Mais attention, tout ce que nous filmons, toutes les informations que le détective collecte, et toutes les sujets que nous traitons sont authentiques, réels et jamais truqués ou romancés.
Le concept est donc le suivant : dans un magazine d’investigation, avec des enquêtes sur le terrain, des témoignages et la découverte de secrets cachés depuis longtemps, vous pourrez suivre les pérégrinations d’un vrai détective privé à la recherche du moindre indice.
Quelle sera la première enquête du détective ?
Sa première mission le mènera sur les traces d’un homme qui a subitement disparu en laissant femme et enfants seuls, sans nouvelles et sans espoir.
A 16 ans, sa fille Angélique n’a pas vu ce père disparu depuis 10 ans. Souffrant de ce manque affectif et de cet abandon, elle a toujours voulu en savoir plus mais s’est battue contre des moulins à vents.
Notre détective a donc pour objectif de « retrouver » cet homme dont on ne sait pas grand chose sauf qu’il n’a plus donné aucun signe de vie depuis un certain 12 décembre 1998…
Est-il encore en vie, où se trouve-t-il et que fait-il si c’est le cas ? Mais enfin, quel secret cache sa mystérieuse disparition ?
C’est donc un travail minutieux de renseignements et de recherches qui va s’engager. Mais, si cette première émission tourne autour d’un drame familial et prend la forme d’une « recherche de proche », les prochaines missions consisteront parfois à retrouver des témoins manquant qui retardent les décisions judiciaires ou qui empêchent une famille de recevoir un héritage. Les dossiers sont nombreux…
Quelles sont les grandes difficultés que l’on rencontre avec un tel programme?
C’est un travail de longue haleine pour le détective. Il doit interroger des gens en faisant parfois du porte-à-porte, lire une multitude de dossiers, passer de nombreux appels, se déplacer un peu partout et même à l’étranger et savoir faire le tri parmi les informations recueillies.
Pour bien remplir sa mission, il coopère avec des notaires, des avocats et des journalistes. Il passe son temps à vérifier les informations et doit enfin faire preuve de beaucoup de patience, de jugement et d’intuition…
c’est un travail prenant durant lequel nous pouvons rencontrer des personnes à bout de nerfs, démoralisées ou agressives.
D’autre part, nous nous fixons des limites : si nous retrouvons une personne qui ne désire pas être filmée ou souhaite garder son anonymat et son secret, nous devons respecter son choix.
Enfin, n’étant pas des hommes de la police, nous nous devons de toujours nous méfier. Partant à l’inconnu, à la recherche d’hommes qui se cachent à tout prix ou qui ont disparu bizarrement, nous pourrions tomber sur des réseaux mafieux ou des entreprises criminelles..
Quoiqu’il en soit, le détective exerce un métier prenant et je suis ravi de produire cette émission pleine d’action et d’émotion. C’est une vraie aventure.
Toutes vos émissions semblent délivrer un même message…
Sans avoir la prétention d’avoir un message à donner aux gens, je crois en effet que nous souhaitons leur redonner un peu d’espoir, leur expliquer que des gens compétents peuvent souvent régler leurs problèmes.
Qu’il s’agisse d’un détective ou d’avocats pour Sans Aucun doute, nos équipes et nos émissions ont toute la vocation de conseiller, d’aider et de créer un « déclic » chez les gens, une prise de conscience des problèmes mais aussi qu’il est possible de s’en sortir. S’il y a un message, c’est celui-là.
Propos recueillis par Jean-Marie Dumas, TF1

Crédit Photo : © TF1